Québec responsable et autonome 1 de 5


L’année 2010 a orienté le projecteur sur la cause des problèmes socio-économiques du Québec: le système de gestion des ressources présente des failles structurales majeures et les dirigeants – élus et nommés – se complaisent dans cette situation qui les avantage.

Personne n’ose se porter candidat à un poste clé où il existe un pouvoir de corriger ces vices de charpente. Personne n’ose se compromettre en acceptant un mandat qui les force à corriger et rendre équitable le système. Ce serait d’ailleurs masochiste car un tel poste est attrayant de par ses avantages et ses privilèges – dont la possibilité d’étirer indûment l’élastique.

Il y a quelques mois,  les élus se sont assis autour de la table pour discuter de l’éthique entourant les dépenses des élus. Cette répétion est voulue : elle met en lumière le pourquoi de l’échec de l’exercice. Les élus auraient adopté des mesures limitant leurs propres privilèges et droits. Le mot «droit» est l’antithèse de la responsabilité : c’est une permission ancrée dans le ciment qui ne force pas à agir responsablement, à tenir compte de l’impact de ses actions sur ses pairs.

La population est désabusée du système gouvernemental, des élections et de toute la démocratie car elle se rend compte du fait que ce qu’on appelle la justice est en fait une arme dans les mains d’une poignée de personnes intéressées. On attribue des mots à des procédés en faisant fi de leur vraie signification. Le système est truqué et les gens qui détiennent le pouvoir d’y ramener l’honnêteté démontrent peu ou pas d’intérêt à porter la responsabilité qui en découle. Le taux de participation aux élections est un message éloquent : le citoyen est résigné devant la prostitution de la démocratie. Il perçoit son vote comme étant futile, voire une mise en scène dont le dénouement se discute en coulisses.

À suivre…

Publicités

A propos Jean-François Néron / Waska.org

Directeur général et guide-mentor chez «Waska, autonomie et services techniques communautaires» (Waskaquébec), une entreprise d'économie sociale œuvrant sans but lucratif à aider ses membres à acquérir l'autonomie socio-économique, à se concerter et à s'entraider pour bâtir leur prospérité. General Manager and Guide-Mentor at "Waska, autonomie et services techniques communautaires" (Waskaquébec), a non-profit, social economy enterprise helping its members acquire autonomy, collaborate in harmony and perform mutual help in building their prosperity.
Cet article, publié dans autonomie et savoir-être, bonheur, communauté, rentabilité, responsabilité, est tagué , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Exprimez-vous!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s