Sortir de la pauvreté de façon durable (autonomie et savoir-être)


La pauvreté existe partout autour de soi sans qu’elle ne soit nécessairement visible. L’employé d’un hôtel, tout de chic vêtu, peut être techniquement pauvre : il n’arrive pas à boucler son budget, il s’enlise dans les dettes, il est à deux doigts de la saisie de ses biens et il mijote une dépression. La pauvreté est déguisée et celle qui est visible n’est que la pointe de l’iceberg.

Sortir de la pauvreté est le souhait des personnes qui la vivent. Il existe une recette qui, suivie adéquatement et rigoureusement, mène vers l’autonomie durable, vers le confort socioéconomique. Les programmes gouvernementaux et communautaires n’offrent que du dépannage ponctuel, de belles théories inapplicables et des mesures qui n’osent pas trop déranger. Leurs statistiques parlent de succès lors qu’ils réussissent à réintégrer un bénéficiaire au travail; ils oublient de vérifier si l’intégration est durable. Souvent, elle ne l’est pas. Ces programmes sont sur-protecteurs, entretiennent la pauvreté et coûtent cher à la société. Ils démotivent les gens à participer en les rendant désabusés des fausses promesses.

Waska offre un programme tout-à-fait différent et dont les résultats se font sentir instantanément et durablement : «Autonomie et savoir-être : PLAN POUVOIR» (ASEPP). Les participants sont outillés pour ne pas retomber dans la pauvreté!

Le programme consiste à immerger le participant dans l’action, guidé par un pair qui a réussi, dans une atmosphère amicale. Tout le monde est membre; c’est moins intimidant de se faire guider par un «égal» que par une figure d’autorité comme un intervenant social (souvent, la «voix» du gouvernement) ou un professeur. Le membre acquiert, tout au long du programme, des techniques simples, concrètes et pragmatiques, applicables à court terme, pour organiser sa vie, adopter la mentalité d’autonomie (le savoir-être) et maintenir cette autonomie. Sortir de la pauvreté, c’est briser la dépendance aux fonds publics et à la charité, certes, et surtout acquérir l’expérience nécessaire pour gagner son revenu, trouver des ressources et s’organiser. L’ASEPP est un apprentissage, épaulé par un réseau d’entraide qui assure au membre le maintien de son autonomie.

L’ASEPP s’étale sur dix semaines, à raison de rencontres hebdomadaires de 90 minutes qu’on appelle «ateliers». Si le membre ne peut payer en argent la cotisation de 300 $ qui couvrent les frais du programme, il peut conclure une entente SWAP : le membre paie sa cotisation en temps à effectuer des tâches, souvent en rapport avec le programme, pour le compte de l’ensemble des membres. L’effet est positif! Le participant trouve très gratifiant de se rendre utile en démontrant sa valeur aux autres, en accomplissant des œuvres humanitaires au profit de la cause. De plus, le handicap le plus évident de la pauvreté est le manque de liquidités! L’entente SWAP permet de s’acquitter de sa dette dans la dignité et d’en tirer une expérience valorisante qu’on peut utiliser une fois rendu autonome. La cerise sur le gâteau : ça ne coûte pas un sou aux contribuables car Waska est une entreprise d’économie sociale rentable, qui ne dépend pas de l’argent public!

La mission de Waska est «d’aider les individus, les organismes à buts non lucratifs et les micro-entreprises à acquérir l’autonomie, à se concerter, à partager et à s’entraider». Waska prêche par l’exemple en étant autonome et responsable.

Les ateliers d’ASEPP ont lieu à Québec, généralement dans les locaux d’organismes communautaires déjà existants. Les individus intéressés peuvent s’inscrire en ligne ici, dès maintenant et les ateliers débutent régulièrement, tout au long de l’année. Les organismes à buts non lucratifs peuvent également faire bénéficier du programme à leur clientèle, dans leur locaux ou dans ceux choisis par Waska. Un OBNL peut aussi conclure une entente SWAP! On peut également s’inscrire lors d’un rendez-vous, qu’on fixe en appelant au 418-563-8125.

Les photos sont une gracieuseté de Photo-libre.fr

Publicités

A propos Jean-François Néron / Waska.org

Directeur général et guide-mentor chez «Waska, autonomie et services techniques communautaires» (Waskaquébec), une entreprise d'économie sociale œuvrant sans but lucratif à aider ses membres à acquérir l'autonomie socio-économique, à se concerter et à s'entraider pour bâtir leur prospérité. General Manager and Guide-Mentor at "Waska, autonomie et services techniques communautaires" (Waskaquébec), a non-profit, social economy enterprise helping its members acquire autonomy, collaborate in harmony and perform mutual help in building their prosperity.
Cet article, publié dans apprendre, autodétermination, autonomie, autonomie et savoir-être, échange, économie sociale, bonheur, charité, chômage, communautaire, emploi, famille, individu, loretteville, obnl, osbl, partage, pauvreté, positif, québec, rentable, travail, troc, est tagué , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Exprimez-vous!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s