Martin Matte est meilleur pédagogue que nos professeurs


J’accueille tous les membres qui s’inscrivent aux ateliers d’apprentissage de Waska avec cette observation:

«Avez-vous remarqué qu’au bout d’un cours de deux heures prodigué par un professeur, vous ne retenez que peu d’information? Votre tête est pleine et votre cerveau a besoin de digérer les données avant d’en tirer quelque chose d’utilisable. Il vous est excessivement difficile de reconstituer le discours tant vous en avez gagné un mal de tête. Deux heures de Martin Matte, une seule fois, et – même un an après – vous pourriez pratiquement le citer textuellement!»

Pourquoi?

Le système académique s’entête à s’embourber dans la psychopédagogie et dans la belle théorie fonctionnariste (et fonctionnaliste!) si bien qu’il ne fonctionne pas comme il le devrait. Dans une classe de trente élèves, quelques-uns atteignent la réussite (85-100 %). Quelques autres louvoient entre 65 et 84%… Le reste ne peut se considérer fonctionnel! Pourquoi doit-on accepter qu’un si grand nombre de personnes (tous âges confondus) sortent d’un cours avec un taux de réussite si lamentable? Le système éducatif québécois se mérite un échec!

La réussite de l’apprentissage passe par un changement dans notre façon de voir l’acquisition des connaissances, de passer la connaissance du maître à l’apprenti et d’aménager le lieu d’apprentissage.

Martin Matte réussit son tour de force de plusieurs manières. Il est drôle et sympathique, ce que peu de professeurs se donnent la peine d’être. Matte a intérêt à rendre son auditoire captivé, motivé et diverti, s’il veut continuer à le conserver pour les spectacles à venir. Si les professeurs devaient leur emploi au taux de réussite et de motivation, on ne garderait que les meilleurs.

Martin Matte ne vous sert pas de questionnaire stupide à la sortie de son spectacle. S’il le faisait, tout le monde serait trop tendu pour se souvenir et apprécier. Les spectateurs sont détendus, appelés à se sentir bien et à se reconnaître dans le discours. C’est la baguette magique de l’humoriste.

L’ambiance décontractée de la salle de spectacle appelle à régler son cerveau en mode «détente» et «réceptivité libre». Celui-ci gobe une quantité phénoménale de données qu’il comprend facilement et dont il se souviendra par le fait même. La matière grise emmagasine sans difficulté l’information dont elle comprend la logique et le but.

Le jour où le Québec transformera ses professeurs en Martin Matte et ses salles de classe en salle de spectacle, les Québécois sauront respecter leur langue. Le Québec sera numéro un au palmarès de la connaissance. En attendant ce voeu pieux, il existe Waska qui fait du mattisme depuis 1982. 🙂

Publicités

A propos Jean-François Néron / Waska.org

Directeur général et guide-mentor chez «Waska, autonomie et services techniques communautaires» (Waskaquébec), une entreprise d'économie sociale œuvrant sans but lucratif à aider ses membres à acquérir l'autonomie socio-économique, à se concerter et à s'entraider pour bâtir leur prospérité. General Manager and Guide-Mentor at "Waska, autonomie et services techniques communautaires" (Waskaquébec), a non-profit, social economy enterprise helping its members acquire autonomy, collaborate in harmony and perform mutual help in building their prosperity.
Cet article a été publié dans académique, apprendre, cours, martin, matte, professeur, québec, waska. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Exprimez-vous!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s