LA PAUVRETÉ À QUÉBEC


Je me suis amusé à faire le tour des sites traitant de la pauvreté à Québec et j’en ai vu très peu qui proposent des avenues pour s’en sortir. Plusieurs trouvent des coupables, d’autres dénoncent la situation, certains s’affairent à dénombrer les démunis…

Je donne une bonne note au Collectif pour un Québec sans pauvreté. À ses débuts, alors que je collaborais à distance via la Table de concertation sur la pauvreté Sainte-Foy-Sillery* et Connexion Ouest**, il affichait un vocabulaire plutôt revendicateur. Aujourd’hui, on constate sur son site de nombreuses actions concrètes et constructives.

Le site Abolissons la pauvreté revendique, exige, pétitionne… Même Nelson Mandela y espère un miracle. Moi aussi je l’espère mais je doute fortement que la Nature veuille changer pour mes beaux yeux.

Pauvreté.org
vous attire avec les statistiques sur la pauvreté au Canada et au Québec. Puis, dès votre arrivée, vous assomme avec des logos de partis politiques. Les pauvres, de la viande à votes. Ce site vous parle, fait état, sensibilise, informe, bla, bla, bla…

Le Conseil canadien de développement social a un beau projet sur la pauvreté urbaine. Il arbore des chiffres très intéressants sur la pauvreté, lui aussi, mais j’ai peiné à trouver une quelconque manifestation de geste pragmatique pour en venir à bout.

Le gouvernement a lui aussi fait sa part avec son Plan d’action gouvernemental en matière de lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale. Constat très heureux : l’emploi sort les gens de la pauvreté. Il a raison. De l’argent est encore injecté là-dedans, des mesures de réinsertion, de l’incitations à pousser les études… Mais les pauvres ne sont pas au rendez-vous. Pourquoi? Quelqu’un s’est-il posé la question?

Je n’ai fait que survoler environ une cinquantaine de sites touchant la région de Québec, pour constater qu’on parle de la pauvreté sous toutes ses coutures, qu’on l’étudie, qu’on la chiffre, qu’on la décrie… Le pauvre est encore assis à la table de sa cuisine, les deux mains dans la face, à se demander ce qu’il peut faire pour en sortir.

Comme mon ami J-F dit, la gauche politique joue à la mère et la droite paternalise. Personne n’a encore bougé pour trouver la porte de sortie de la pauvreté. C’est la porte d’entrée du confort, de la dignité et de l’autonomie.

*La Table de concertation sur la pauvreté de Sainte-Foy-Sillery a siégé au CLSC Sainte-Foy-Sillery (brièvement appelé des Hautes-Marées). J’y étais en 2000.
**Connexion Ouest fut une variante de Waska qui opéra de 2000 à 2002.

Publicités

A propos Jean-François Néron / Waska.org

Directeur général et guide-mentor chez «Waska, autonomie et services techniques communautaires» (Waskaquébec), une entreprise d'économie sociale œuvrant sans but lucratif à aider ses membres à acquérir l'autonomie socio-économique, à se concerter et à s'entraider pour bâtir leur prospérité. General Manager and Guide-Mentor at "Waska, autonomie et services techniques communautaires" (Waskaquébec), a non-profit, social economy enterprise helping its members acquire autonomy, collaborate in harmony and perform mutual help in building their prosperity.
Cet article a été publié dans autodétermination, autonomie, loretteville, partage, pauvreté, québec, s, waska. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Exprimez-vous!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s