LA PHILOSOPHIE W


C’est en travaillant sur les nouvelles orientations de Waska pour 2009 que germe cette idée de «philosophie W», d’abord destinée aux membres de l’organisation dans le cadre de son programme d’autonomisation.

«W» pour «Waska», bien sûr. Toutefois, cette philosophie se veut davantage une résolution opensource pouvant être adoptée par quiconque le veut, par toute personne ou organisation qui croit en ses bienfaits. Un peu comme un code d’éthique, une déclaration de bonne volonté, la W est plus qu’une simple «promesse électorale», c’est un engagement avec soi-même, vis-à-vis son prochain; une autogestion permettant d’accéder à son autonomie en assurant l’harmonie entre soi et le reste de la communauté.

La W ne doit pas être considérée comme finale, fermée et parfaite. Elle demeure en évolution en gardant un dynamisme qui fait sa force et en préservant une coquille de stabilité. Les réactions des gens qui l’appliquent lui permettent de se paufiner.

En gros, la W se décrit comme suit :

  • Le Québécois [ici, ça inclut les deux sexes] est considéré intelligent, a priori de bonne volonté et pouvant être sympathique à la Cause [ici, la cause poursuivie par l’individu ou l’organisme qui conclut l’entente avec lui-même]. On ne peut donc le critiquer mais plutôt remettre en question des actions qui sont, selon soi, négatives, destructrices, rétrogrades ou dommageables. (Viser les actions et non les humains)
  • Considérer le Québécois comme un citoyen fort, créatif, constructif et digne. Sa force est dans sa capacité d’accomplir sans se sentir menacé ni victimisé, ni martyrisé par quelconque autre peuple. (Attitude positive et responsable)
  • Le Québécois W est un individu [ou un organisme] qui s’accomplit et qui accomplit en se sentant fier, en félicitant les réussites des autres et en aidant ceux qui ont besoin, en vertu d’une charité bien ordonnée. (Attitude de collaboration, de travail d’équipe)
  • Le Québécois W accepte que d’autres entretiennent des vues différentes, poursuivent des objectifs différents et puissent ne pas accepter sa vision. Ce qui n’empêche pas d’essayer de le convaincre par des arguments convaincants et respectant son intelligence. (Attitude d’acceptation, de paix avec soi et les autres, d’ouverture d’esprit)
  • Le Québécois W s’abstient de propos et de gestes agressifs. (NDLR: ma résolution 2009 que j’applique dès aujourd’hui! J’arrête de crier après les fumeurs MDR) Il argumente à tête froide de manière à convaincre par le bon sens. S’il s’emporte contre un pair, il peut s’aliéner (ou aliéner de son groupe) un supporteur potentiellement important. Pour faire avancer une cause, il faut rallier les gens, unir et rassembler. (Attitude de respect, de non-violence, de pacifisme)
  • Le Québécois W aime tous les Québécois. Il peut néanmoins et démocratiquement être en désaccord avec les croyances de certains, et vice versa. S’attaquer à une personne revient à descendre un de ses pairs, ce qui ne le ralliera pas à sa cause! (Attitude rassembleuse, unificatrice et d’entraide)

…et la liste s’enrichit au fil de la discussion. D’autres billets suivront sur le sujet sur ce blog et sur d’autres aussi.

Pourquoi lancer un tel mouvement? Waska a pour mission d’autonomiser les individus et les organismes et de promouvoir la concertation, l’entraide et le partage entre eux, de manière à les renforcer, les faire devenir des piliers de la communauté. Le processus d’automisation passe par la responsabilisation, l’organisation et l’élaboration d’un réseau d’entraide. Il faut rallier et rassembler des gens qui peuvent aider, autant comme il faut savoir être constructif dans son milieu. C’est donc un outil dans la poursuite des objectifs des membres waskans.

Trop souvent, on a tendance (individus et organismes) à dénigrer, à être jaloux ou à attribuer à d’autres la responsabilité de ses malheurs. La philosophie W est donc une méthode destinée à entraîner sa mentalité de façon à atteindre ses buts de manière «propre», c’est-à-dire honnêtement, respectueusement et constructivement.

Publicités

A propos Jean-François Néron / Waska.org

Directeur général et guide-mentor chez «Waska, autonomie et services techniques communautaires» (Waskaquébec), une entreprise d'économie sociale œuvrant sans but lucratif à aider ses membres à acquérir l'autonomie socio-économique, à se concerter et à s'entraider pour bâtir leur prospérité. General Manager and Guide-Mentor at "Waska, autonomie et services techniques communautaires" (Waskaquébec), a non-profit, social economy enterprise helping its members acquire autonomy, collaborate in harmony and perform mutual help in building their prosperity.
Cet article a été publié dans autonomie, individu, loretteville, obnl, philosophie w, québécois w, québec, waska. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour LA PHILOSOPHIE W

  1. Jean-François Néron dit :

    Ben… rien n’empêche de le faire ailleurs. Il n’y a pas de droit d’auteur sur ça, c’est «open source» ha ha

  2. Anonymous dit :

    Pourquoi se limiter au Québec ?

Exprimez-vous!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s